Rencontre avec Pinar Selek à la librairie « Terre des livres ».

Jeudi 16 mai, à 19 h, à la Librairie « Terre des livres », 86 Rue de Marseille- Lyon 7ème. (réservation conseillée)
Pinar SELEK, pour son roman La maison du Bosphore, éditions Liana Levi (avril 2013).

La                  maison du Bosphore

Octobre 1980. Istanbul retient son souffle alors que les militaires envahissent les places au passage du dictateur. Elif, quinze ans, confie à son ami Hasan ses inquiétudes sur le sort de son père, un pharmacien emprisonné pour ses idées politiques. Hasan, lui, ne songe qu’à la nouvelle vie qui l’attend au conservatoire de musique de Paris. Sema vit avec sa mère à Yedikule mais rêve que son amoureux, Salih, un apprenti menuisier d’origine kurde l’emmène loin de ce quartier populaire.
Année après année, nous suivons le parcours de ces quatre jeunes gens : l’engagement d’Elif dans un groupuscule d’extrême gauche, l’amitié fervente d’Hasan pour Rafi, un musicien qui l’entraîne sur les routes d’Europe, l’émancipation de Sema, l’auberge-refuge que bâtira Salih. Autour d’eux et d’autres personnages évocateurs (artisans, sans-abris, prostituées, militants), Pinar Selek brosse le tableau de la Turquie depuis le lendemain du coup d’État jusqu’au terrible tremblement de terre d’août 1999.
Autour des thèmes de l’appartenance, de l’exil, de l’engagement et de l’amitié, elle dépeint une jeunesse qui cherche sa voie entre la Turquie d’hier et celle de demain.

PINAR SELEK est née en 1971 à Istanbul dans une famille engagée à gauche. Sociologue réputée, ses travaux portent sur les minorités opprimées par la République turque. Engagée pour la défense des droits et la paix en Turquie, elle fonde une association antimilitariste et participe à la création de la première librairie féministe turque. En juillet 1998, débute un invraisemblable cauchemar judiciaire. Une explosion fait sept morts au bazar d’Istanbul et elle est accusée d’avoir aidé des rebelles kurdes à commettre un attentat terroriste. Arrêtée, torturée, elle est incarcérée pendant deux ans, jusqu’à ce que les rapports d’expertises concluent… à une fuite de gaz ! Les tribunaux turcs l’ont acquitté à trois reprises, mais à chaque fois la Cour de cassation a invalidé le verdict. Pinar Selek risque toujours la prison à vie. Son comité de soutien compte près de 4500 personnes, dont les écrivains Orhan Pamuk et Yachar Kemal. Auteur de nombreux articles, essais et d’un recueil de nouvelles, Pinar Selek enseigne à Strasbourg.

Entrée libre, réservation conseillée : terre.des.livres@free.fr ou 04 78 72 84 22

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s