Osez le féminisme ! met en garde contre l’austérité et les conservatismes, ennemis de l’égalité femmes-hommes !

À l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, Osez le féminisme ! salue les avancées permises depuis l’installation du ministère des droits des femmes. Renforcement du droit à l’IVG avec le remboursement à 100% et la suppression de la notion d’état de détresse dans la loi, l’éducation à l’égalité dès le plus jeune âge, avec les programmes de l’ABCD de l’égalité, le renforcement de la loi sur le recouvrement des pensions alimentaires impayées, et surtout le vote par l’Assemblée Nationale, de l’abolition de la prostitution : abrogation du délit de racolage et pénalisation des clients.

Néanmoins, dans ce combat de valeurs et de justice sociale, force est de constater que le gouvernement a constamment baissé la garde face aux ennemis de l’égalité. Promesse de campagne, la PMA a pourtant été repoussée aux calendes grecques face aux protestations d’une droite et d’une extrême-droite reboostées et décomplexées. L’hystérie des opposants à une fantasmagorique « théorie du genre » aurait dû susciter une bien plus grande fermeté ainsi qu’une véritable résistance de la part du gouvernement. De même, sur l’égalité professionnelle, François Hollande s’est montré pour le moins timide face au patronat.

Nous défilerons encore ce 8 mars car l’égalité femmes-hommes dans les faits est loin d’être acquise et les besoins sont énormes. Nous appelons François Hollande à respecter ses promesses de campagne : où sont les 100 000 places en crèches annoncées ? Les places d’hébergements d’urgence pour les femmes victimes de violences ? Et l’accès à la PMA et la reconnaissance de la filiation sociale pour toutes les femmes, c’est pour quand ?

Il est grand temps que la politique d’affichage du gouvernement en matière d’égalité se traduise par des engagements et des moyens car, il faut le rappeler : égalité et austérité ne font pas bon ménage.

En matière d’égalité femmes-hommes, il y a deux choix : soit reculer, soit avancer. Un ministère des droits des femmes de plein droit est plus que jamais nécessaire. Nous demandons à ce que son budget soit revalorisé pour mener à bien les chantiers de l’égalité. Les inégalités femmes-hommes ne sont pas une fatalité, et leur disparition requiert une volonté politique forte !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s