Osez le féminisme ! met en garde contre l’austérité et les conservatismes, ennemis de l’égalité femmes-hommes !

À l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, Osez le féminisme ! salue les avancées permises depuis l’installation du ministère des droits des femmes. Renforcement du droit à l’IVG avec le remboursement à 100% et la suppression de la notion d’état de détresse dans la loi, l’éducation à l’égalité dès le plus jeune âge, avec les programmes de l’ABCD de l’égalité, le renforcement de la loi sur le recouvrement des pensions alimentaires impayées, et surtout le vote par l’Assemblée Nationale, de l’abolition de la prostitution : abrogation du délit de racolage et pénalisation des clients.

Néanmoins, dans ce combat de valeurs et de justice sociale, force est de constater que le gouvernement a constamment baissé la garde face aux ennemis de l’égalité. Promesse de campagne, la PMA a pourtant été repoussée aux calendes grecques face aux protestations d’une droite et d’une extrême-droite reboostées et décomplexées. L’hystérie des opposants à une fantasmagorique « théorie du genre » aurait dû susciter une bien plus grande fermeté ainsi qu’une véritable résistance de la part du gouvernement. De même, sur l’égalité professionnelle, François Hollande s’est montré pour le moins timide face au patronat.

Nous défilerons encore ce 8 mars car l’égalité femmes-hommes dans les faits est loin d’être acquise et les besoins sont énormes. Nous appelons François Hollande à respecter ses promesses de campagne : où sont les 100 000 places en crèches annoncées ? Les places d’hébergements d’urgence pour les femmes victimes de violences ? Et l’accès à la PMA et la reconnaissance de la filiation sociale pour toutes les femmes, c’est pour quand ?

Il est grand temps que la politique d’affichage du gouvernement en matière d’égalité se traduise par des engagements et des moyens car, il faut le rappeler : égalité et austérité ne font pas bon ménage.

En matière d’égalité femmes-hommes, il y a deux choix : soit reculer, soit avancer. Un ministère des droits des femmes de plein droit est plus que jamais nécessaire. Nous demandons à ce que son budget soit revalorisé pour mener à bien les chantiers de l’égalité. Les inégalités femmes-hommes ne sont pas une fatalité, et leur disparition requiert une volonté politique forte !

Publicités

Journée internationale de lutte pour les droits des femmes ; la ville de Lyon a choisit le thème sur la mixité des métiers comme un moyen d’égalité entre les femmes et les hommes.

Programme du 8 mars 2014 - Lyon

Le thème choisi pour ce 8 mars concerne la mixité des métiers comme un moyen d’égalité entre les femmes et les hommes, et un moyen de progrès sociétal et économique.

Avant de vous plonger dans le programme des manifestations ; nous vous proposons un constat chiffré de cette non-mixité (DARES 2013, Education nationale 2013 : chiffres 2011) :

– Quand ils se jugent très bons en maths, 8 garçons sur 10 vont en section S, et seulement 6 filles sur 10.
– Réussite au Bac STI (sciences et technologie industrielle) : 11,4% de filles et au bac ST2S (santé et social) : 93% de filles.
– La moitié des emplois occupés par les femmes se concentre sur 12 métiers parmi les 87 recensés : secrétaires, aides à domicile et assistantes maternelles (97% de femmes), infirmières et coiffeuses (87%), agents d’entretien (70%), enseignants (65%).
– La répartition est plus dispersée du côté des hommes : les 12 professions “les plus masculines” n’emploient que 30% des hommes : ouvriers du bâtiment (95% d’hommes), travail du bois et ameublement (92%), armée-police-pompiers (75%), cuisiniers et aides de cuisine (63%)
– 5 métiers dits “masculins” sont devenus mixtes en 30 ans. Ce sont des métiers très qualifiés car les filles réussissent mieux leurs études : cadres administratifs, de banque, d’assurance, de commerce, de comptabilité.
– Pour une répartition égalitaire des femmes et des hommes, il faudrait que 66% des femmes et des hommes changent de métier parmi les diplômés de CAP ou BEP ; et 31% parmi les titulaires de bac +2.
99% des salariés des établissements accueillant de jeunes enfants sont des femmes.
17% des ingénieurs sont des femmes (mais 26% dans les moins de 30 ans).
15% des professeurs des universités, grade le plus élevé, sont des femmes.
– 1984 : 1,1% de femmes dans la réparation automobile ; 2011 : 2,1%.
– 1984 : 3,4% de femmes parmi les architectes et cadres du BTP ; 2011 : 20,7%.

Voici le lien, grâce auquel vous trouverez toutes les informations nécessaires pour participer aux manifestations  qui se dérouleront à Lyon : Informations et programme pour la journée internationale pour les droits des femmes.

Osez le féminisme 69 à la manifestation du 1er mai !!!

Image

Bonjour à toutes et à tous,

Les inégalités résistent aux lois: Osez Le féminisme 69 appelle à la mobilisation!

Rejoignez-nous au rassemblement du 1er mai!!!

Les inégalités dans le monde professionnel sont encore d’actualité en 2013 :

les femmes doivent travailler 81 jours supplémentaires pour pouvoir prétendre au même salaire que les hommes, chiffre rappelé par la Commission Européenne lors de « l’Equal Pay Day ».

Nous vous invitions à retrouver le cortège d’Osez le Féminisme 69:

ce mercredi 1er mai à 10h 20 place Jean Jaurès

(départ prévu 10h 30 avec comme point d’arrivée Bellecour)

N’hésitez pas à contacter Julie pour toute question: 06 24 88 21 61

En fonction de vos retours, nous préparerons plus ou moins d’affiches.

 

Nous vous rappelons la date de notre prochaine réunion-débat-actualités fémnistes:

le jeudi 16 mai  à 19h au centre berthelot

Salle n°3 du centre Berthelot, 14 avenue Berthelot, Lyon 8ème
Métro Jean Macé ou Tram T2 arrêt centre Berthelot