Osez le féminisme ! met en garde contre l’austérité et les conservatismes, ennemis de l’égalité femmes-hommes !

À l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, Osez le féminisme ! salue les avancées permises depuis l’installation du ministère des droits des femmes. Renforcement du droit à l’IVG avec le remboursement à 100% et la suppression de la notion d’état de détresse dans la loi, l’éducation à l’égalité dès le plus jeune âge, avec les programmes de l’ABCD de l’égalité, le renforcement de la loi sur le recouvrement des pensions alimentaires impayées, et surtout le vote par l’Assemblée Nationale, de l’abolition de la prostitution : abrogation du délit de racolage et pénalisation des clients.

Néanmoins, dans ce combat de valeurs et de justice sociale, force est de constater que le gouvernement a constamment baissé la garde face aux ennemis de l’égalité. Promesse de campagne, la PMA a pourtant été repoussée aux calendes grecques face aux protestations d’une droite et d’une extrême-droite reboostées et décomplexées. L’hystérie des opposants à une fantasmagorique « théorie du genre » aurait dû susciter une bien plus grande fermeté ainsi qu’une véritable résistance de la part du gouvernement. De même, sur l’égalité professionnelle, François Hollande s’est montré pour le moins timide face au patronat.

Nous défilerons encore ce 8 mars car l’égalité femmes-hommes dans les faits est loin d’être acquise et les besoins sont énormes. Nous appelons François Hollande à respecter ses promesses de campagne : où sont les 100 000 places en crèches annoncées ? Les places d’hébergements d’urgence pour les femmes victimes de violences ? Et l’accès à la PMA et la reconnaissance de la filiation sociale pour toutes les femmes, c’est pour quand ?

Il est grand temps que la politique d’affichage du gouvernement en matière d’égalité se traduise par des engagements et des moyens car, il faut le rappeler : égalité et austérité ne font pas bon ménage.

En matière d’égalité femmes-hommes, il y a deux choix : soit reculer, soit avancer. Un ministère des droits des femmes de plein droit est plus que jamais nécessaire. Nous demandons à ce que son budget soit revalorisé pour mener à bien les chantiers de l’égalité. Les inégalités femmes-hommes ne sont pas une fatalité, et leur disparition requiert une volonté politique forte !

Publicités

Exposition sur le mouvement les Guerrillas Girls #Médiathèque de Villeurbanne

En 1985, à l’affiche du Museum of Modern Art de New York : An International Survey of Painting and Sculpture.Dans cette exposition au titre prometteur et ambitieux, pas moins de 169 artistes sont représentés dont… 13 femmes ! Cette nouvelle affirmation masculiniste, dans le temple mondial de l’art moderne et contemporain, donne naissance par réaction aux Guerrilla Girls.

Justicières masquées d’une tête de gorille, en mini jupe, bas résilles et talons aiguilles, elles manifestent et collent des affiches dans les rues de New York. Elles dénoncent avec humour le sexisme et le racisme dans l’art, en détournant  et « retournant » les images et les slogans machistes et ethnocentristes.

Les Guerrilla Girls posent bientôt une question récurrente : « Est-ce que les femmes doivent être nues pour rentrer dans les Musées » ? Les Guerrilla Girls ne cessent d’enquêter, vérifier et sensibiliser sur la faible présence des femmes et des artistes de couleur dans l’art, le cinéma et  la littérature. Leur combat entre dans les salles des musées, à la Biennale de Venise en 2005, au Centre Pompidou à Paris, mais aussi en Irlande, à Istanbul, Mexico, Athènes, Rotterdam, Bilbao, Sarajevo, Shanghai, Cracovie, Montréal…Depuis 25 ans, les Guerrillas Girls parcourent le monde, c’est à Villeurbanne qu’elles frappent cette fois-ci. Le combat continue.

Exposition à voir du samedi 25 janvier au samedi 15 mars 2014 à la Médiathèque de Villeurbanne.

Sciences : où sont les femmes ? Dossier spécial sur France Culture –

Les femmes restent globalement toujours très peu nombreuses dans les cursus scientifiques du supérieur (sciences dures) et les métiers correspondants. Malgré quantité d’initiatives, d’associations et de lois. La parité de plus en plus instituée semble toutefois commencer à inverser la donne, même si les stéréotypes, des « traditions » et l’autocensure persistent, sans nouveaux modèles forts pour les jeunes. Enquête complétée par vos nombreuses réactions, à la veille de la journée internationale de la femme.

Liens à partager sans modération : Sciences : où sont es femmes ?

L’égalité femmes/hommes dans le monde : recul ou progrès ? Sujet de l’émission Planète Terre sur France Culture.

A deux jours de la journée internationale des droits des femmes, cette émission  s’intéresse à l’égalité dans le monde : état des lieux, évolution, perspectives, les femmes sont-elles en train de gagner leur égalité avec les hommes ?

Invité(s) :
Camille Schmoll, maître de conférence à l’Université Paris VII, Ecole Française de Rome
Kamala Marius Gnanou, maîtresse de conférences à Bordeaux Montaigne,chercheure à l’Institut français de recherche de Pondichéry
Hélène Périvier, économiste senior au Département des études à l’OFCE, membre du Haut Conseil de la Famille.

Émission Planète Terre présentée par Sylvain Kahn – France Culture

Planète terre est une émission hebdomadaire qui évoque les enjeux globaux. Notre humanité fait face à des défis d’échelle planétaire. Ceux-ci s’incarnent et se lisent aussi dans des territoires singuliers. Pour les décrypter, « Planète terre » met donc en écho une échelle locale et l’échelle mondiale, avec le chercheur d’un territoire et celui de l’enjeu global. Dans un débat animé par Sylvain Kahn, ils confrontent leurs explications sur l’état des lieux, leurs scénarios pour l’avenir, et leurs proposition pour des solutions ici et maintenant. Comprendre les défis d’aujourd’hui pour découvrir le monde de demain : c’est l’ambition du nouveau Planète Terre.

Journée internationale de lutte pour les droits des femmes ; la ville de Lyon a choisit le thème sur la mixité des métiers comme un moyen d’égalité entre les femmes et les hommes.

Programme du 8 mars 2014 - Lyon

Le thème choisi pour ce 8 mars concerne la mixité des métiers comme un moyen d’égalité entre les femmes et les hommes, et un moyen de progrès sociétal et économique.

Avant de vous plonger dans le programme des manifestations ; nous vous proposons un constat chiffré de cette non-mixité (DARES 2013, Education nationale 2013 : chiffres 2011) :

– Quand ils se jugent très bons en maths, 8 garçons sur 10 vont en section S, et seulement 6 filles sur 10.
– Réussite au Bac STI (sciences et technologie industrielle) : 11,4% de filles et au bac ST2S (santé et social) : 93% de filles.
– La moitié des emplois occupés par les femmes se concentre sur 12 métiers parmi les 87 recensés : secrétaires, aides à domicile et assistantes maternelles (97% de femmes), infirmières et coiffeuses (87%), agents d’entretien (70%), enseignants (65%).
– La répartition est plus dispersée du côté des hommes : les 12 professions “les plus masculines” n’emploient que 30% des hommes : ouvriers du bâtiment (95% d’hommes), travail du bois et ameublement (92%), armée-police-pompiers (75%), cuisiniers et aides de cuisine (63%)
– 5 métiers dits “masculins” sont devenus mixtes en 30 ans. Ce sont des métiers très qualifiés car les filles réussissent mieux leurs études : cadres administratifs, de banque, d’assurance, de commerce, de comptabilité.
– Pour une répartition égalitaire des femmes et des hommes, il faudrait que 66% des femmes et des hommes changent de métier parmi les diplômés de CAP ou BEP ; et 31% parmi les titulaires de bac +2.
99% des salariés des établissements accueillant de jeunes enfants sont des femmes.
17% des ingénieurs sont des femmes (mais 26% dans les moins de 30 ans).
15% des professeurs des universités, grade le plus élevé, sont des femmes.
– 1984 : 1,1% de femmes dans la réparation automobile ; 2011 : 2,1%.
– 1984 : 3,4% de femmes parmi les architectes et cadres du BTP ; 2011 : 20,7%.

Voici le lien, grâce auquel vous trouverez toutes les informations nécessaires pour participer aux manifestations  qui se dérouleront à Lyon : Informations et programme pour la journée internationale pour les droits des femmes.

Festival Essenti’ELLES à Vénissieux

Image

A l’occasion de la Journée Internationale de Lutte pour les Droits des Femmes, la ville de Vénissieux organise la 1ère édition du « Festival Essenti’Elles » du 5 au 12 mars 2013 avec des expositions, ateliers, spectacles, soirées sur le thème des femmes en mouvement.

Le programme est à découvrir ici.

Les événements autour du 8 mars

7 mars à 19h à La Belle Equipe : « Féministes d’hier, elles témoignent aujourd’hui. Imaginons ensemble demain ! »

photo-1

Ce jeudi 7 mars à 19h, la veille du 8 mars, Osez le féminisme 69 organise une soirée spéciale autour des luttes féministes des années 70 à Lyon !
Cette rencontre-débat entre des féministes de différentes générations sera un moment de partage et de réflexion sur le mouvement féministe des années 70 à nos jours. 
Nos trois intervenantes ont participé activement à la « deuxième vague féministe », dans les deux grands groupes féministes de Lyon (le Cercle Flora Tristan, le Centre des femmes) et souhaitent transmettre cette partie de l’histoire lyonnaise
Cette soirée aura lieu dans l’ambiance conviviale d’une salle de La Belle Equipe : 32 Rue des Tables Claudiennes, 69001 Lyon. 
Nous vous attendons nombreuses et nombreux !

8 mars à 15h au Musée des Beaux-Arts de Lyon : « Parcours, réseau – témoignages au féminin »

Musée beaux arts

Osez le féminisme 69 interviendra lors de la table ronde « Parcours, réseau – témoignages au féminin » qui se tiendra à partir de 15h dans l’auditorium du Musée. Cette table ronde sera l’occasion de réfléchir et d’échanger autour des expériences de femmes engagées dans différentes sphères (économique, politique, culturelle, sociale…) de la société.

A 17h, Osez le féminisme 69 vous donne rendez-vous pour un parcours thématique autour des femmes : muses, mécènes, artistes, anonymes…

De l’Antiquité au XXe siècle, c’est une découverte de l’importance de la femme, inépuisable source d’inspiration pour les artistes, qui est proposée au sein d’un parcours thématique dans les salles du musée. Parfois réduite à un idéal de beauté éveillant fantasme et désir, l’image féminine, au fil de ce parcours, se révèle être également celle d’un être combatif, valeureux ou de pouvoir.

Le parcours thématique est à consulter ici.

Réservation conseillée auprès d’Isabelle Duflos
au 04 78 38 57 58 / isabelle.duflos@mairie-lyon.fr
 
 

12 mars à 18h à l’Hôtel de Ville de Lyon : « Femmes, Emploi, Inégalité !
Pour l’égalité femmes-hommes dans l’emploi ! »

Femmes emploi inegalité

18h : Soirée-débat sur les femmes et l’emploi animée par Christophe Falcoz, professeur associé IAE Lyon, avec Françoise Milewski, économiste, membre de l’Observatoire Français des Conjonctures Economiques (OFCE) et du Centre de recherche en économie de Sciences Po, co-responsable du Programme de recherche et d’enseignement des savoirs sur le genre OFCE-Sciences. En présence de Thérèse Rabatel, Adjointe au Maire de Lyon déléguée à l’Egalité femmes-hommes, aux Temps de la ville et aux Handicaps et Anne-Sophie Condemine, Adjointe au Maire de Lyon, déléguée à l’Emploi, la Formationprofessionnelle, l’Insertion et l’Egalité des chances.

20h30 : Concert avec la chanteuse Yasmina Sana.

Sur réservation dans la limite des places disponibles au 04 72 10 52 56 ou lamia.mebarek@mairie-lyon.fr
 

Les Françaises sont en Europe les championnes du travail et du nombre d’enfants. La France y contribue par ses politiques familiales, et les femmes ont aussi compris combien l’activité professionnelle peut leur procurer d’indépendance, de valorisation, de possibilités. Mais derrière ces apparences positives se cachent de nombreuses inégalités concernant l’emploi des femmes, et le 8 mars cette année, la Ville de Lyon met l’accent sur le chemin à parcourir encore pour réaliser l’égalité professionnelle femmes-hommes. Les causes de ces inégalités dans l’emploi sont structurelles, liées au sexisme et aux préjugés, à l’orientation professionnelle réductrice des filles, à la maternité qui pèse sur le déroulement des carrières, au non partage des tâches familiales. Elles sont aussi conjoncturelles car la crise économique aggrave le sous-emploi des femmes et leur précarité.

Pour connaître tout le programme à Lyon de la Journée Internationale de Lutte pour les Droits des Femmes : Programme 8 mars

Soirée 7 mars : « Féministes d’hier, elles témoignent aujourd’hui. Imaginons ensemble demain ! »

Image

Ce jeudi 7 mars à 19h, la veille du 8 mars, Osez le féminisme 69 organise une soirée spéciale autour des luttes féministes des années 70 à Lyon !
Cette rencontre-débat entre des féministes de différentes générations sera un moment de partage et de réflexion sur le mouvement féministe des années 70 à nos jours.
Nos trois intervenantes ont participé activement à la « deuxième vague féministe », dans les deux grands groupes féministes de Lyon (le Cercle Flora Tristan, le Centre des femmes) et souhaitent transmettre cette partie de l’histoire lyonnaise.
Cette soirée aura lieu dans l’ambiance conviviale d’une salle de La Belle Equipe : 32 Rue des Tables Claudiennes, 69001 Lyon.
Nous vous attendons nombreuses et nombreux !