Quand la Métropole rime avec monopole !

Mis en avant

Communiqué de presse du 7 avril 2015

Depuis le 1er janvier dernier, les habitant.e.s du Grand Lyon ne sont plus rhodanien.nes. En effet, elles et ils ont rejoint une nouvelle collectivité : la Métropole de Lyon. Ce projet, « bébé» de Gérard Collomb, a pour ambition de “réconcilier l’humain et l’urbain”. Cette mission – ô combien ambitieuse dans un contexte dévastateur de politique d’austérité revendiquée par ce dernier – , a été confiée à 24 vice-président.e.s et 22 conseiller.e.s délégué.e.s réparti.e.s en sept pôles. Mais parmi ces 46 membres, seulement 15 femmes !

La Métropole de Lyon serait-elle exempte du respect de la parité ?

Les sénateurs.trices ont bel et bien supprimé l’obligation d’un exécutif paritaire. Selon la députée Dominique Nachury, le sénateur-maire-président de la métropole Gérard Collomb a invoqué comme argument « la parité rendrait l’accès à une vice-présidence moins aisée pour les nombreux hommes maires de leur commune et conseillers communautaires, qui se verraient ainsi lésés ! »
Si, face à cette situation, les député.es ont toujours réinscrit dans le texte la parité, leurs efforts auront été vains puisque la parité ne sera obligatoire qu’en 2020 pour la métropole !

En outre, sans surprise, les femmes ont été massivement désignées dans le pôle «Développements solidaires et actions sociales ». Devons-nous comprendre, qu’à la Métropole de Lyon, les membres de l’exécutif pensent que les femmes auraient un penchant « naturel » pour les questions de la famille, du soin et de l’éducation et qu’elles n’auraient pas les compétences pour d’autres délégations ?

Par ailleurs, alors que Gérard Collomb s’est battu au Sénat pour que la métropole obtienne, au détriment de la Région, la compétence en matière économique, pourquoi la compétence du Grand Lyon en matière d’égalité femmes-hommes n’a pas été récupérée ? L’économique prévaudrait-il sur le social ?

Un exécutif finalement à l’image des déclarations de Gérard Collomb sur la place des femmes en politique.

Liste des signataires de ce communiqué de presse :

Associations

CRL CAFF Rhône Alpes
Femmes ici et ailleurs
Femmes solidaires
H/F Rhône Alpes
La Barbe 69
Planning Familial 69
Osez le féminisme 69

Partis Politiques

EELV 69
ENSEMBLE 69
GRAM
PCF 69
PG 69

Elections sénatoriales 2014 : petits arrangements entre hommes

Mis en avant

Lors des élections sénatoriales partielles qui ont eu lieu hier, seules 38 femmes ont été élues sénatrices portant le total à 24,5%. Osez le féminisme ! dénonce les stratégies développées par les partis pour contourner les règles visant à assurer la parité : un machisme décomplexé venant s’ajouter au bilan peu glorieux de la Chambre Haute en matière de droits des femmes.

75,5% d’hommes au Sénat ! Ce résultat décevant s’explique par des contournements scandaleux de la parité, permettant aux sénateurs de maintenir l’hégémonie masculine au Sénat en toute conformité avec la loi. Depuis juillet 2013, l’alternance femmes-hommes, sur les listes des circonscriptions ayant un scrutin proportionnel, et un binôme titulaire/suppléant de sexe différent, pour les scrutins majoritaires sont la règle au Sénat. Les partis s’en sont arrangé et n’ont présenté que 21,5 % de candidates titulaires sur les scrutins majoritaires et 21,4 % de femmes têtes de listes pour les scrutins proportionnels, laissant peu de chance à une issue paritaire des scrutins. Pire, certains sortants UMP ont créé des listes faussement concurrentes pour être chacun en tête et conserver leurs sièges lors des scrutins proportionnels en Eure-et-Loir, dans l’Eure, dans la Saône-et-Loire et dans le Vaucluse en particulier.

Dans l’entre soi masculin, les lois tendent à être conçues et votées majoritairement par et pour les hommes. Le Sénat s’est dernièrement illustré pour le peu de cas qu’il faisait des droits des femmes : introduction d’un amendement masculiniste à la loi égalité femmes-hommes, recours au conseil constitutionnel pour censurer la suppression de la mention de détresse pour l’IVG, florilège de propos misogynes lors du débat sur la parité aux élections départementales… Nous demandons aux sénateurs-trices fraîchement élu-e-s d’inverser cette tendance en commençant par déterrer la proposition de loi pour l’abolition du système prostitueur qui n’attend plus qu’à être programmée à l’ordre du jour.

Osez le féminisme ! exprime également ses plus vives inquiétudes face à l’entrée au Sénat de deux sénateurs élus sous l’étiquette du Front National. En s’immisçant petit à petit dans toutes les strates du pouvoir, le FN étend son influence et menace les droits des femmes. Il y a donc urgence à endiguer sa montée.

Enterrement du ministère des droits des femmes

Mis en avant

Alors que Manuel Valls vient d’annoncer la composition de son nouveau gouvernement, Osez le féminisme ! exprime sa plus profonde consternation : en effet, si la parité est au rendez-vous, où est passé le Ministère des droits des femmes ? Remaniement rimerait-il avec reniement ?

La création d’un Ministère des droits des femmes, pérenne sur l’ensemble du quinquennat, était un engagement du candidat François Hollande. Ce Ministère était une des revendications phares des associations féministes, un outil essentiel pour permettre plus d’égalité entre les femmes et les hommes. Rétrograder ce Ministère au rang de secrétariat d’état est un signal politique extrêmement négatif et restrictif. D’abord, c’est considérer que les droits des femmes sont subalternes alors même qu’elles représentent plus de 50% de la population et qu’il existe encore et toujours des discriminations fortes qui doivent être combattues ! Ensuite, c’est limiter la question du droit des femmes au domaine de la santé et du social, puisqu’il est placé sous l’égide de Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes. Les droits des femmes dépassent largement ce seul cadre !

Un Secrétariat d’État a un poids médiatique et politique moins fort que celui d’un Ministère. Or, Osez le féminisme ! rappelle que des avancées importantes ont été obtenues ces 2 dernières années grâce à l’action du Ministère des droits des femmes : loi sur le harcèlement sexuel, remboursement de l’IVG à 100%, soutien de la loi pour l’abolition du système prostitueur (qui doit encore être votée au Sénat), suppression de la notion de « détresse » pour les femmes qui veulent avorter, vote et promulgation de la loi pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes, référent égalité femmes-hommes dans les ministères, etc. Cela a été rendu possible par l’existence d’un ministère de pleins droits. Qui va continuer le combat ?

Le Ministère des droits des femmes disparaît 44 ans jour pour jour après qu’un groupe de militantes féministes a déposé sur la tombe du soldat inconnu une gerbe de fleurs en hommage à plus inconnu que lui : sa femme. Ce fut l’acte fondateur du MLF. Quatre décennies plus tard, ce combat reste toujours d’actualité, et Osez le féminisme ! continuera de mener le combat.

Quant à la nomination de Najat Vallaud-Belkacem au Ministère de l’Éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche, nous espérons qu’elle réaffirmera la mise en application de la lutte contre les stéréotypes sexistes dans le domaine éducatif, avec un véritable plan d’action ambitieux pour la formation des enseignant(e)s, à défaut de généralisation de l’ABCD de l’Égalité. Nous espérons également rencontrer au plus vite la nouvelle secrétaire d’État Pascale Boistard pour lui signifier nos attentes et œuvrer avec elle dans le sens de l’égalité.

Voici les médias qui ont relayés notre action :

Avec la photo de la gerbe !!!
http://www.grazia.fr/societe/news/des-feministes-organisent-lenterrement-du-ministere-des-droits-des-femmes-680044

Reprise du CP du mercredi 27 août  :
http://madame.lefigaro.fr/societe/feministes-denoncent-dilution-ministere-droits-femmes-270814-901309
http://respectmag.com/2014/08/29/remaniement-le-ministere-des-droits-des-femmes-devient-un-secretariat-detat-8549
http://www.lamontagne.fr/france-monde/actualites/economie-politique/politique/2014/08/27/droits-des-femmes-des-feministes-consternees-par-la-disparition-d-un-vrai-ministere_11122470.html
http://www.20minutes.fr/politique/1432819-20140826-remaniement-nouveau-gouvernement-paritaire
http://www.respectmag.com/2014/08/29/remaniement-le-ministere-des-droits-des-femmes-devient-un-secretariat-detat-8549

 

Campagne pour la panthéonisation des femmes !

Image

Vous avez peut-être entendu parler de la campagne pour la « panthéonisation » des femmes récemment lancée par le collectif pour des femmes au Panthéon, dont fait partie Osez le féminisme !. En effet, seules deux femmes reposent au Panthéon sur 73 « résident-e-s éternel-le-s », l’une pour ne pas être séparée de son mari, l’autre étant Marie Curie.

Plusieurs féministes ont déjà eu l’occasion de dénoncer ces 40 dernières années la scandaleuse injustice faite à toutes les femmes qui ont contribué à faire l’Histoire de France par leurs talents et/ou leur engagement exceptionnel. Aujourd’hui, Osez le féminisme repart à l’offensive !

Le Président de la République avait évoqué le sujet dans son discours prononcé à l’occasion du 8 mars cette année et nous entendons tout mettre en œuvre pour que les cendres de nombreuses femmes soient transférées dans ce temple laïc et républicain, lieu symbolique de reconnaissance de « la Patrie » aux « grands Hommes ».

Si vous n’avez pas encore signé la pétition, c’est ici : https://www.change.org/fr/pétitions/françois-hollande-panthéonisez-des-femmes

N’hésitez pas à liker la page facebook dédiée : https://www.facebook.com/FemmesAuPantheon

Et à vous abonner au blog : http://collectiffemmespantheon.wordpress.com/